Le blog sérieux qui ne se prend pas au sérieux
Des articles simples sans être simplistes

8 pays qui ont des idées pour l’égalité !

Saviez-vous que l’Afrique est la seule région au monde où les femmes sont plus nombreuses que les hommes à choisir la voie de l’entrepreneuriat ? En ce mois estival, le Programme 8 a envie de vous faire voyager avec un petit tour du monde des pays exemplaires en matière de droits des femmes et de mixité.

Temps de lecture : 4 min

 

1- Le Danemark : champion de l’égalité femmes / hommes

Dans son SDG Gender Index paru en juin 2019, Equal Measures 2030 (un groupe d’ONG, de fondations et d’entreprises) classe 129 pays selon 51 critères variés censés permettre l’égalité. Au top du top, on retrouve le Danemark. Avec un score de 89,3/100, le pays est champion incontesté sur tous les tableaux : santé, éducation, pauvreté, avortement, etc. (PS : la France est 14e !)

monde

 

2- L’Islande : le premier pays à avoir élu une présidente

L’Islande est aussi une vraie championne en matière d’égalité femmes/hommes. L’île volcanique s’illustre dans l’actualité (par exemple : depuis 2018 les entreprises islandaises doivent obtenir une certification pour prouver qu’elles respectent l’égalité salariale) mais cette inscription est aussi historique. Elle a notamment commencé le 24 octobre 1975 à la faveur d’une grève générale des femmes qui a mobilisé 9 Islandaises sur 10. Elle s’est poursuivie le 1er août 1980, lorsque la femme d’État Vigdís Finnbogadóttir fut la première femme au monde à être élue Présidente au suffrage universel direct… Ses épaules semblaient d’ailleurs faites pour le job : elle enchaînera 4 mandats entre 1980 et 1996 !

monde

 

3- Le Rwanda : l’intelligence devant la plastique

Le Rwanda est aujourd’hui très avancé en matière d’égalité femmes/hommes, inscrite dans la Constitution depuis 2003. On pense notamment à l’excellente représentation politique des femmes : 40% de ministres et 60% de députées. On salue aussi l’initiative de « Miss Geek Rwanda », un concours créé en 2014 destiné aux filles et aux femmes de 13 à 25 ans pour promouvoir la participation féminine dans le développement technologique et dans l’ensemble du secteur STEM. En 2017, le concours est renommé « Miss Geek Africa » et s’ouvre à l’ensemble du continent. Cette année 2019, c’est la Congolaise Joséphine Uwase Ndeze qui remporte la palme grâce à sa plateforme mobile et connectée permettant aux femmes enceintes de surveiller leur état de santé pendant leur grossesse.

monde

 

4- La Norvège : la mixité n’est pas une option

Premier pays à imposer, dès 2003, un quota de 40% de femmes dans les conseils d’administration (la France a suivi en 2011 via la loi Copé-Zimmerman), la Norvège est aussi intransigeante sur la féminisation de ses armées, en instaurant en 2013 le service militaire obligatoire mixte. Et comme la mixité ça se passe des deux côtés, la Norvège fait aussi son possible pour masculiniser les univers traditionnellement pensés comme féminins : en 2016, 10% de Norvégiens travaillent dans des crèches contre 1% en France. D’ailleurs, en matière de parentalité, les hommes ne sont pas laissés pour compte : après une naissance, les deux parents prennent 2 semaines de congés. Ensuite, un « quota de père » permet à ce dernier de prendre 15 semaines pour investir sa paternité (s’il ne les prend pas, ces congés sont perdus), idem pour la mère. Enfin, 16 autres semaines sont à distribuer à la discrétion du couple. Résultat : 70% des hommes prennent leur congés paternité. Un moyen plébiscité par presque tous les partis politiques pour lutter contre le plafond de mère.

monde

 

 

5- La Nouvelle-Zélande : précurseure du suffrage universel

En 1893, la suffragette Kate Sheppard, qui figure sur le billet de 10 dollars néo-zélandais, a mobilisé tout le pays pour faire obtenir le droit de vote aux femmes. Elle a sillonné ainsi toute l’île pour collecter quelques 32 000 signatures sur une pétition de 270 mètres de long… Bingo ! La Nouvelle-Zélande devient le premier pays du monde à adopter le suffrage universel et le seul à le faire au XIXe siècle (les Néo-Zélandaises ne seront cependant éligibles qu’à partir de 1919).

monde

 

6- L’Autriche : l’urbanisme au cœur de l’égalité

L’égalité femmes/hommes, ça se joue aussi dans l’occupation des espaces, notamment les espaces publics. La ville de Vienne l’a bien compris, dès les années 1990, en développant une réflexion stratégique poussée de gender mainstreaming, autrement dit une stratégie destinée à promouvoir l’égalité des genres dans la politique de la ville, que ce soit par de la planification urbaine ou de la budgétisation des genres (pour déterminer qui bénéficie des différents postes de budget). Cela passe aussi par de la sensibilisation, en variant la signalétique par exemple : il suffisait d’y penser !

monde

 

7- Philippines : les rôles modèles de leadership en première ligne

A la 8ème position du classement mondial Global Gender Gap report 2018 du World Economic Forum, les Philippines ont de quoi inspirer dans la région asiatique. En représentation politique par exemple : en 2019, le pays compte deux fois plus de leaders politiques que le Japon ! En matière d’égalité professionnelle aussi : en 2019 toujours, 37,5% des seniors managers sont des femmes (la moyenne mondiale est à 29%). Le rapport Power of Parity Philippines publié par McKinsey en 2018 montre par ailleurs que 67% des professionnels actifs sont des femmes, bien que celles-ci gagnent en moyenne 8,5% moins d’argent que leurs homologues masculins.

monde

 

8- Tunisie : la pionnière du monde arabe

Si la Tunisie n’occupe « que » la 67e place du classement 2019 du SDG Gender Index, elle ne fait pas moins figure de modèle pour le monde arabe. Dès 1956, année de son indépendance, la Tunisie accorde le droit de vote aux femmes, leur reconnaît le droit au divorce et abolit la polygamie. En 2017, une loi historique est votée : reconnaissance de toutes les formes de violences faites aux femmes (dont les violences morales et sexuelles) et suppression de la disposition du code Pénal qui permettait à un violeur d’échapper aux poursuites s’il épousait sa victime. En 2018, Souad Adberrahim devient la première femme élue maire de Tunis. Depuis février 2019, le Parlement tunisien se penche sur un projet de loi qui permettrait d’assurer l’égalité dans l’héritage (à l’heure actuelle, les hommes héritent deux fois plus que les femmes).

monde

 

 

monde

 

Valentine Poisson

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *