Le blog sérieux qui ne se prend pas au sérieux
Des articles simples sans être simplistes

8 livres de la rentrée littéraire 2020 pour nourrir sa culture de l’égalité

En cette rentrée littéraire 2020, le programme 8 a fait le tour des librairies pour trouver les nouvelles pépites à ne pas rater en matière d’égalité femmes-hommes, de mixité et de diversité. De Lauren Bastide à Gisèle Halimi, voici les 8 livres que nous vous recommandons de lire au coin du feu (ou de son radiateur !).

 

 

  1. « Présentes », par Lauren Bastide

 

La journaliste et créatrice du podcast La Poudre s’est donnée pour mission de rechercher des sources, rassembler et organiser des idées et proposer des outils pour en finir avec les discriminations (sexisme, racisme, homophobie, validisme…). Des propositions concrètes pour bâtir une société plus égalitaire, bienveillante et juste par le biais des mots, de la recherche et du travail en équipe. Présentes est d’ailleurs le résultat d’un partenariat entre son autrice et plusieurs femmes qui font bouger les lignes de la discussion féministe en France, dont Alice Coffin, Élisa Rojas et Rokhaya Diallo.

 

 

 

  1. « Baiser après #MeToo », une BD par Ovidie et Diglee

 

Le titre invite à la réflexion : que fait-on, maintenant que l’on a appris toutes les leçons du mouvement #MeToo et #BalanceTonPorc ? Selon l’autrice Ovidie, dont les idées ont été transformées en dessin par Diglee, il faut les mettre en pratique pour modifier les rapports entre les hommes et les femmes. Dans cette BD drôle, poignante et très pertinente, le lecteur retrouve une série de lettres s’adressant à plusieurs types d’hommes (celui qui pense qu’il ne peut plus draguer ou celui qui se plaint de se faire constamment friendzoner, pour ne citer qu’eux). Ce récit épistolaire, qui fait suite à « Libres ! », propose aux hommes de réfléchir à leurs mauvaises habitudes et de changer leur comportement pour que les relations amoureuses puissent être plus bienveillantes et respectueuses. Un livre #nécessaire.

 

 

  1. « Une farouche liberté », Gisèle Halimi et Annick Cojean

 

Avant de nous quitter, l’intellectuelle, militante féministe et femme politique franco-tunisienne Gisèle Halimi nous a laissé un dernier ouvrage, co-écrit avec son amie journaliste Annick Cojean. Elle y revient sur son parcours, ses idéaux, ses engagements… La lutte pour plus de justice dans le monde, pour Gisèle Halimi, était partagée entre son métier d’avocate et ses combats quotidiens sur plusieurs fronts. Un livre qui célèbre une vie engagée et pétillante.

 

 

  1. « Chavirer », Lola Lafon

 

« Cléo savait des choses que les filles de treize ans ne savaient pas. Obéir sans questionner. Applaudir Stan à la fin du cours même s’il l’avait houspillée une heure trente durant. L’en remercier, même. ». Cléo, protagoniste du roman Chavirer, de Lola Lafon, est une femme complexe, ayant un passé tordu. Dans les années 1980, nous suivons son enfance et ses rêves de gagner sa vie avec son art. En 2019, devenue danseuse, Cléo sait que son existence comporte beaucoup plus de mystères et de regrets qu’elle ne le souhaiterait — et elle a conscience également de l’inexorabilité d’une confrontation avec ses fantômes du passé.

 

 

  1. « La petite dernière », Fatima Daas

 

Un livre qui s’insère dans une approche intersectionnelle ? Peut-être. Femme. D’origine algérienne. Musulmane pratiquante. Polyamoureuse. Mais c’est avant tout un récit riche en interrogations, analyses, introspection… Un voyage dans les plusieurs « soi » de la narratrice, qui a peur de ne pas bien porter son prénom. « J’écris des histoires pour éviter de vivre la mienne », postule-t-elle. La petite dernière est, selon Virginie Despentes, un monologue « construit par fragments, comme si elle updatait Barthes et Mauriac pour Clichy-sous-Bois ».

 

 

  1. « Femmes puissantes », Léa Salamé

 

Un recueil d’interviews réalisées par la journaliste Léa Salamé avec des « femmes puissantes » : Leïla Slimani, Chloé Bertolus, Christiane Taubira, Laure Adler, Elisabeth Badinter… Ce livre est le résultat du succès de ces conversations intimes conduites par Léa Salamé pour la radio, mais cette version textuelle est tout aussi inspirante.

 

 

 

  1. « Radium Girls », Cy

 

Les femmes puissantes, on les retrouve partout, y compris dans des espaces moins médiatisés que les sphères du pouvoir. Loin des caméras et plus proches de la vie quotidienne, les personnages de la BD Radium Girls se retrouvent au milieu d’une affaire qu’elles auraient préféré éviter. Alors qu’elles travaillaient dans une usine à New Jersey, aux États-Unis, les protagonistes découvrent que le produit avec lequel elles peignaient des cadrans de montre pour l’armée américaine avait des substances chimiques nuisibles pour la santé. Elles décident alors de se battre pour dénoncer un système d’exploitation qui renie l’importance de la vie humaine.

 

 

  1. « Ne nous libérez pas, on s’en charge », Bibia Pavard, Florence Rochefort, Michelle Zancarini-Fournel

 

Pour conclure cette liste, voici une œuvre qui retrace l’histoire du féminisme à travers plusieurs questions : quelles sont les origines du mouvement en France ? Ça existe, le « féminisme bourgeois » ? Quid du féminisme « noir » ? Après le #MeToo, il est temps de revenir sur le parcours des féministes pour réfléchir à un projet de société plus juste dans l’avenir.

 

Marcos Fernandes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *