Le blog sérieux qui ne se prend pas au sérieux
Des articles simples sans être simplistes

TEST : Quel est votre langage du don ?

Un assistant reprocha à une dirigeante de ne jamais lui avoir fait de compliments. Cette dernière rétorqua lui avoir souvent rapporté de petits cadeaux de ses déplacements pour lui témoigner son estime. Ce n’était pas ce qu’il attendait mais le sujet n’avait jamais été évoqué… Ce qui fait la valeur des dons que l’on fait, que ce soit dans la vie pro ou perso, s’étalonne selon différents systèmes de références que vous découvrirez dans ce test.

Naturellement, si nous avons tous un langage dominant, nous nous adaptons à notre entourage et nous nous laissons rarement enfermer dans un seul et même registre. C’est bien ce qui fait toute la richesse et la complexité des comportements humains !

Le questionnaire qui suit est un extrait issu du livre Œil pour Œil, Don pour Don d’Alain Caillé et Jean-Édouard Grésy et touche à la fois à la sphère personnelle et professionnelle. Pour chaque question, il n’y a pas de « bonne » réponse. Dites simplement ce qui vous vient le plus spontanément à l’esprit, en toute sincérité.

Dans un restaurant, ce qui m’est le plus pénible :

Dans une relation intime, ce à quoi, je suis le plus sensible, ce sont :

Quand j’offre un cadeau, ce qui me mettrait le plus mal à l’aise :

Les émotions les plus difficiles à canaliser pour moi sont :

Ce que je considère être le plus important chez un·e collègue, c’est :

Un·e bon·ne manager doit avant tout :

QUEL EST VOTRE LANGAGE DU DON ?
Vous donnez essentiellement par « Affection »

Le savoir-vivre est une dimension essentielle pour que la liberté des un·e·s ne nuise pas à celle des autres. Il s’agit d’être prévenant·e les un·e·s avec les autres pour entretenir la qualité de ses relations en évitant de tomber dans la grossièreté ou l’impolitesse. Sous ce registre, circulent des gestes de tendresse, d’amitié, de camaraderie. On y retrouve essentiellement du temps et des émotions partagés.
Vous donnez essentiellement par désir de « Considération »

Chacun·e vit exposé·e au regard des autres. Il importe à ce titre de ne pas décevoir son entourage mais au contraire de gagner sa considération. La plus grande violence consiste à se retrouver ignoré par celles et ceux qui ont de l’importance à nos yeux. Sous ce registre, circulent des compliments, des encouragements, des recommandations, des « likes »… qui conditionnent la réputation, la renommée, voire la célébrité.
Vous donnez essentiellement par « Implication »

Votre implication pour les autres est d’autant plus forte qu’elle est nourrie par des perspectives qui ont du sens pour vous : projet associatif, valeurs véhiculées par la famille ou l’entreprise… Au-delà de la nécessité de se sentir utile, à sa place, cela implique d’avoir suffisamment d’autonomie pour prendre des initiatives et se rendre des services. Dans ce registre de l’entraide, l’égoïsme et l’indifférence n’ont pas leur place.
Vous donnez essentiellement dans l’« Inspiration »

Ce registre trouve sa singularité dans le fait que donner ses idées, ce n’est pas les perdre mais les enrichir par les interactions et la confrontation aux autres. Cela nourrit la montée en compétence et le sentiment de pouvoir maîtriser certains savoirs ou savoir-faire. Il s’agit de s’accorder le droit à l’erreur pour sortir des sentiers battus car l’inspiration surgit le plus souvent de manière mystérieuse et aléatoire.

Share your Results:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *